Burkina Santé – Visite inopinée du ministre de la Santé: Le syndicat des médecins « condamne avec la dernière énergie les agissements de notre ministre et confrère et lui rappelons ses devoirs de confraternité » (Déclaration)

La section Centre-ouest du Syndicat des médecins du Burkina Faso (SYMEB) réagi suite à la visite inopinée du ministre de la Santé au Centre Médical avec Antenne chirurgicale de Réo et au Centre Hospitalier Régional de Koudougou ». Une visite lors de laquelle le ministre a constaté « n’avoir pas vu de médecins dans les couloirs de ces deux structures ».
«Face à cette situation, nous
– Condamnons avec la dernière énergie les agissements de notre ministre et confrère et lui rappelons ses devoirs de confraternité ;
– Réclamons l’arrêt du dénigrement des médecins et les velléités de liquidation de notre outil de lutte constructif ;
– Demandons à monsieur le ministre de mieux s’approprier les problèmes de fond et de fédérer toutes les énergies pour résoudre les problèmes de nos centres de santé, surtout dans un contexte difficile actuel, dont il faut faire l’économie d’une crise sanitaire ;
– Appelons à un recrutement conséquent de médecins afin de médicaliser nos hôpitaux. Par ailleurs, pour l’année académique 2021-2022, nous aurons environ 1000 étudiants en fin de cycle pour les CHU de Ouaga ; nous pensons qu’ils peuvent apporter un soutien aux centres régionaux qui seront ainsi des sites de stage pour eux ;
– Demandons incessamment l’application des décrets pris en Conseil des ministres et la signature des arrêtés ministériels qui vont permettre une meilleure organisation de l’offre de soins dans nos hôpitaux ;
– Demandons au Conseil National de l’ordre des médecins de prendre ses responsabilités face aux écarts de conduite de son ancien responsable ;
– Souhaitons l’unification des urgences au CHR de Koudougou et la réhabilitation du bloc opératoire du CMA de Réo;
– Réitérons notre demande de doter les structures de santé du Centre Ouest et des autres régions en infrastructures et équipements ; à ce titre, nous apportons notre soutien au plan d’Urgence Hospitalier et appelons les partenaires du Burkina à s’y engager ».
Selon le syndicat des médecins, les hôpitaux du pays sont confrontés à d’énormes difficultés. « L’insuffisance de médecins et le manque d’équipement dans notre région, notamment le scanner et l’appareil d’endoscopie non fonctionnel, pour ne citer que cela, occasionnent des évacuations des patients vers d’autres structures hors de la région. Cette situation n’intéresse vraisemblablement pas les autorités administratives locales et régionales malgré les multiples interpellations du SYMEB régional (mémorandum déposé depuis mai 2019). Du reste, des propositions pour pallier le manque de ressources humaines médicales avaient été faites par les médecins du CHR de Koudougou à l’administration. L’exemple le plus illustratif est la proposition d’unification de toutes les urgences du CHR en un seul service d’accueil, comme cela doit l’être, qui allait permettre de réduire le besoin en personnel dans les multiples urgences et de rendre les médecins disponibles de façon permanente. Dans ce cadre, un projet de construction avait même été élaboré avec le plan architectural prêt ; malheureusement, ce projet n’a jamais vu le jour (disponible à l’administration). Au niveau du CMA de Réo, le bloc opératoire reste fermé depuis deux mois pour une panne de l’autoclave », peut-on lire dans la déclaration.
Le ministre de la Santé, Charlemagne Ouédraogo, a effectué dimanche 11 juillet une visite inopinée au Centre hospitalier régional (CHR) de Koudougou et au Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de Réo.
Le ministre a affirmé avoir fait un « constat désolant ». « Aucun médecin dans les différents services », avait-il déploré.
Le chef de service des Urgences médicales du CHR de Koudougou Abdoulaye Ouédraogo a quelques jours plus tard été relevé de ses fonctions, conséquence directe de la visite inopinée du ministre de la Santé, Charlemagne Ouédraogo.
Le ministre de la Santé avait assuré à Oméga que cette décision avait « absolument un lien » avec cette sortie inopinée.
« Tout le monde dit qu’il faut changer au Burkina mais personne ne veut changer », faisait-il savoir.
« Même demain je vais continuer mes visites inopinées », avait-il martelé, ajoutant que « cela fait 25 ans que je suis médecin, je n’ai jamais raté un jour de garde ».
Lamine Traoré

Laisser un commentaire