Burkina: -Angelina Jolie à Dori

0
174
Le Burkina a célébré dimanche 20 juin, la journée mondiale des réfugiés. Une célébration qui se tient dans un contexte sécuritaire difficile pour le pays qui accueille quelque 22 000 réfugiés et plus d’un million 200 mille déplacés internes. La journée a été célébrée au camp de Goudebou à Dori, avec comme invitée de marque, Angelina Jolie, l’actrice américaine, envoyée spéciale du haut-commissaire pour les réfugiés.
Au camp de réfugiés de Goudebou, nous sommes à une quinzaine de kilomètres de Dori dans le Sahel. Les jours se suivent et se ressemblent ici, tant la situation sécuritaire est préoccupante pour les quelque 11 000 réfugiés de ce camp.
« Il n’y a pas d’école. Les enseignants ne viennent plus au camp. Les infirmiers eux aussi ne viennent plus. Tout cela, à cause de l’insécurité. Même les partenaires n’arrivent plus à rentrer au camp », a dit Ag Mohamedine Souleymane, réfugié.
« La difficulté majeure, c’est le problème d’insécurité. Tout le monde le sait. L’autre chose aussi, c’est le manque d’emploi pour les jeunes du camp », ajoute Mahamoudou Ousséni, un autre réfugié.
De l’autre côté du camp, ce dimanche 20 juin, ces réfugiés du camp de Goudebou sont à l’honneur. Une cérémonie est organisée pour la célébration de leur journée. Mais dans les esprits, on ne peut occulter la question sécuritaire et les autorités savent que c’est une préoccupation.
Le gouvernement veut concentrer les réfugiés dans un seul camp, celui de Goudebou. Il a commencé à déployer certains de Mentao, camp de Djibo à Goudebou.
« A ce jour nous sommes à plus de 9000 réfugiés sur ce site sur un nombre total de 22 000. Nous avons 7 000 demandeurs d’asile. Nous allons concentrer le maximum de réfugiés ici. L’idée est que tout le monde soit au même endroit pour qu’on essaie de concentrer le maximum de sécurité à cet endroit. Et c’est plus facile à gérer », a déclaré Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères.
Les réfugiés de ce camp ont aussi le soutien de l’actrice américaine, l’envoyée spéciale du haut-commissaire pour les réfugiés, Angelina Jolie, venue témoigner sa « solidarité avec le peuple du Burkina Faso qui continue de recevoir leurs frères et sœurs malgré les conditions difficiles dans lesquelles ils vivent en partageant le peu de ressources dont ils disposent, au moment où d’autres pays ayant assez de ressources ont fermé leurs frontières ».
« Je célèbre cette journée depuis 20 ans dans différents pays mais je n’ai jamais été aussi inquiète après une situation de déplacement global comme je le suis aujourd’hui. Non seulement il y a plus de 88 millions de personnes forcées au déplacement au monde, mais le nombre a doublé », a déclaré l’humanitaire dans son adresse aux réfugiés depuis le camp de Goudebou.
En plus de la situation sécuritaire préoccupante, les réfugiés ont demandé le renforcement des infrastructures sociales. Ils veulent avoir un meilleur accès à l’école, aux centres de santé mais aussi l’accès à l’eau potable.
Lamine Traoré, envoyé spécial

Laisser un commentaire