Burkina : les producteurs sinistrés bénéficient de 05 millions de FCFA

0
543

5 millions de Francs c’est le montant reçu par les producteurs sinistrés dans le cadre de la mise en œuvre de l’assurance agricole lancé ce mardi par le ministre de l’agriculture. Ce mécanisme mis en place par le ministère en charge de l’agriculture a pour objectif la sécurisation de la production agricole, la promotion des investissements dans le secteur, mais aussi de venir en aide aux producteurs qui ont subits des pertes liés aux changements climatiques.

« La gestion efficace des risques agricoles constitue un puissant levier de sécurisation de la production agricole et de promotion des investissements dans le secteur. C’est pourquoi le Gouvernement burkinabè, en collaboration avec ses partenaires, a mis en place un mécanisme d’assurance agricole au profit des producteurs. Ce mécanisme vise principalement à prémunir les producteurs des risques liés aux aléas pluviométriques » justifie le ministre en charge de l’agriculture qui explique par la suite que pour bénéficier de l’assurance agricole, les agriculteurs doivent souscrire à une prime déjà subventionnée par l’État.

« La prime estimée pour la souscription est de 12 387 FCFA TTC par hectare. Cependant, le gouvernement, pour marquer sa volonté de promouvoir ce mécanisme et d’apporter son soutien aux producteurs, s’est engagé à subventionner la prime à hauteur de 50%. Ainsi, la part de la prime supportée par les adhérents au mécanisme d’assurance agricole s’élève à 6 194 francs CFA TTC par hectare »

 

Sur 369 producteurs souscripteurs, ce sont 107 producteurs de maïs déclarés sinistrés sur la base de l’indice de rendement de leurs productions  qui ont reçu une indemnisation ce 23 février. Une action salvatrice saluée ici par Boukary Nébié,  producteur dans la Sissili. « L’assurance agricole que nous venons de recevoir, nous permettra de payer les crédit en banque, et de nourrir nos familles. Vraiment c’est une belle initiative qui est venue pour accompagner les producteurs, et nous remercions le gouvernement et la Sonar Vie».

La mise en œuvre du mécanisme a débuté par la phase pilote qui s’étend de 2020 à 2022, dans trois régions à savoir le Mouhoun, le Centre ouest et l’Est.

 

Djamila TOPAN

 

 

Laisser un commentaire