Sante : le Burkina va-t-en-guerre contre les cancers infantiles

0
347

La communauté internationale commémore le lundi 15 Janvier la journée internationale du cancer des enfants. Au Burkina, c’est au CHU Charles de Gaule que pédiatres, patients et parents se sont retrouvés autour du sujet. « La famille et le vécu sociale » est le thème retenu cette année par l’unité d’oncologie de la pédiatrie pour marquer cet événement.

 

Cette commémoration a été une double occasion pour les pédiatres de non seulement rappeler les facteurs qui pourraient exposer les enfants aux cancers, notamment le manque de l’hygiène et de relever les difficultés que rencontrent les familles des enfants souffrants du cancer. ” Nous avons déterminé ce thème au vu des difficultés que les familles ont rencontré dans notre unité tout au long de leur hospitalisation. Vous avez des hospitalisations de huit mois, treize mois, une maman qui est dans une petite salle d’hospitalisation pendant 13 mois qui ne va pas à la maison. Donc Imaginez vous.ca se ressent sur le plan familiale. On a eu des conflits familiaux, des pertes d’emploi. Donc fallait qu’on se cause pour écouter ses patients, pour écouter ses accompagnants. Nous ne pouvons pas tout résoudre mais si nous sommes au courant nous pouvons les accompagner » se justifie la responsable de la prise en charge du cancer des enfants au CHU Charles de Gaule, Dr SONIA Kabore sur le choix du thème.
Les cancers sévissent dans le milieu des enfants au Burkina. A la pédiatrie Charles De GAULE, les chiffres font froid dans le dos. De 2016 à 2020, environ soixante-dix (70) enfants souffrant de cancers de toutes formes confondues ont été enregistrés à l’unité d’oncologie du plus important hôpital pédiatrique du pays. “Nous avons cinq types de cancers des enfants qui sévissent au Burkina mais la liste n’est pas exhaustive” a confié le Professeur Diarra YE
« Nous avons le lymphome, les enfants ont des boules au niveau des aisselles, du cou, qui nécessite d’être exploré. Également ça peut être le cancer de l’œil qui est une des deuxième cause de cancer appelé le rétinoblastome. Souvent ce sont des petits enfants, et on voit que l’enfant louchent ou bien on voit une opacité, c’est tout blanc au niveau de l’œil on dit que c’est comme un œil de chat ça peut être un cancer de rein. C’est quelque fois pendant le bain De l ‘enfant qu’on constate qu’il y’a quelques choses au niveau du ventre qui est dur. Également les leucémies, c’est-à-dire le cancer du sang. Ça peut être dû à des infections à répétition. Ça peut être aussi des anémies à répétitions » a-t-elle précisé.
Cette journée a permis aux patients et leurs parents de donner des témoignages de leur histoire avec le cancer et ainsi de partager les expériences.
« En fait la première fois qu’on est arrivée ici, quand on voulait me piquer au dos, je pleurais parce que je n’étais pas habituée à ça. Mais petit à petit quand je me suis habituée, je ne pleure pas quand on me pique. Je voulais remercier tous les docteurs qui ont pris soin de moi. » S’est exprimé Victorine KONSEIGA élève en classe de 4ème et atteinte de cancer.
Cette journée internationale du cancer infantile a aussi été marquée par la pause de La première pierre d’un centre de prise en charge du cancer pédiatrique à l’hôpital YALGADO OUEDRAOGO. Ce centre permettra une meilleure prise en charge des malades atteint du cancer.