Burkina : Élections 2020: 02 jeunes de Bingo jugés pour fraude électorale

58

 

Deux jeunes soupçonnés de fraude dans la commune de Bingo, sont passés à la barre au palais de justice de Koudougou dans la soirée du lundi 23 novembre 2020 pour être entendus. Après les débats, le ministère public requiert 12 mois de prison avec sursis et une amende de 600 mille FCFA contre André Dassissaga, pour trouble à l’ordre public.

‘’Dans l’isoloir, j’ai enlevé le spécimen de ma poche pour bien voir le logo de mon parti politique afin d’être sûr que je ne vais pas me tromper. C’est en voulant le remettre dans ma poche avant de mettre le bulletin de vote de la présidentielle dans l’urne qu’un délégué de l’UPC a signalé aux membres du bureau de vote’’, explique André Dassissaga à qui était reproché une tentative de fraude et trouble à l’ordre public. Son oncle Sibiri Dassissaga, lui, était poursuivi pour complicité. Le président dudit bureau de vote, Adama Soré a soutenu que c’est un spécimen qui été retrouvé dans la poche de André Dassissaga et non un bulletin prévôté. Il a soutenu qu’au décompte des bulletins de vote après la fermeture du scrutin, aucune irrégularité n’a été constatée. L’avocat des prévenus, Christophe Birba, par ailleurs candidat au scrutin législatif au compte du CPS-G3 (convergence pour le progrès et la solidarité- Génération 3), parti des deux jeunes de Bingo a confié que les spécimens ont été confectionnés par son cabinet. ‘’Pour pallier l’insuffisance des spécimens offerts par la CENI. Nous avons reproduit les spécimens avec des dimensions réduites pour le besoin de notre campagne. Nous prenions le soin de dire aux militants que le jour des élections, le bulletin sera plus grand. Alors je sais que mon ‘’client’’ ne peut voter avec un spécimen’’, affirme Christophe Birba.

Durant le procès, les juges ont essayé de comprendre si le geste de André Dassissaga était un acte de tentative de fraude électorale associé à une atteinte à l’ordre public et si Sibiri Dassissaga était son complice car c’est lui qui a remis le spécimen à son neveu.
Après les débats, le ministère public a abandonné la tentative de fraude contre André Dassissaga ainsi que les charges contre Sibiri Dassissaga. Toutefois, il a requis 12 mois de prison avec sursis et une amende 600 mille contre le premier cité pour trouble à l’ordre public.
L’union pour le progrès et le changement (UPC) représentée par la député Henriette Zoumbare, constituée en partie civile, a demandé à la barre que la loi soit appliquée.

Le dossier est mis en délibéré pour le mercredi 25 novembre prochain.

Sabouna Ouédraogo, Koudougou, Synergie Élections 2020, radio Oméga

Laisser un commentaire